Toutes les news


Brèves du secteur médico-social consulter

Bulletin trimestriel consulter

Actualités associatives consulter

 Vie des établissements et servicestous les sujets de la rubrique

Décembre 2016

Cela fait maintenant 2 ans que l'apiculture a été introduite à l'Esat LAM. En complément de l'article paru dans le bulletin trimestriel n° 70, voici des images de cette activité récente, assorties de quelques explications concernant le travail de l'équipe d'apiculteurs*.

 


 

À Clocher, les ruches sont installées à flanc de coteau. Elles surplombent légèrement le reste de ce site essentiellement voué à différentes productions végétales (cultures en serres froides et plein champ, sans produits phytosanitaires). Les butineuses n'ont donc pas à aller bien loin pour récolter du pollen.

apis1

Les ruches sont numérotées et identifiées par un nom d'arbre (Le pommier, le cerisier, le mûrier, etc.). Une fiche d'entretien, sorte de carnet de bord retraçant interventions et observations successives est également associée à chacune d'entre elles.

apis2

De novembre à février, c'est l'hivernage : les abeilles restent dans la ruche où elles se regroupent en une grappe leur permettant de résister au froid. Pendant cette période, mieux vaut ne pas les déranger.

Pour les équipes, c'est le moment de se consacrer aux travaux d'entretien (nettoyage, réparation des cadres...). « Les cadres sont faits en bois et fil de fer ; ensuite on fixe une feuille de cire sur le cadre. Dans la ruche, les abeilles construiront leurs alvéoles dessus. » expliquent les ouvriers.

apis3

Pour passer l'hiver, les abeilles ont besoin de réserves. Il faut donc leur laisser du miel en quantité suffisante. On peut aussi leur mettre des pains de sucre à disposition.

À l'issue du 1er hiver, le rucher nouvellement implanté avait subi de grosses pertes (8 essaims sur 10). L'équipe avait alors dû reconstituer son cheptel en en capturant de nouveaux.

Il est possible de capturer un essaim en transit. Mais on peut aussi se contenter de laisser une ruchette vide à disposition pour que les abeilles en quête d'un abri viennent y élire domicile.

apis4

Avec l'arrivée du printemps, le travail des abeilles reprend et celui des apiculteurs aussi. Pour intervenir sur les ruches, on se met en tenue, on utilise un enfumoir, un lève-cadre et une balayette : « La balayette sert à ôter les abeilles sans leur faire mal » précise un ouvrier. On surveille les rayons pour s'assurer qu'ils ne sont pas colonisés par des parasites (comme la fausse-teigne qui ressemble à une sorte de papillon). Au fil des floraisons, des hausses (sortes de "casiers à provisions" pour les abeilles) son ajoutées sur les ruches au fur et à mesure que celles-ci se remplissent.

Pendant les épisodes de forte chaleur, les abeilles ont besoin de rafraîchir au maximum leur ruche, des ventileuses peuvent parfois s'agglutiner à l'extérieur (photo en bas à droite). Les apiculteurs doivent veiller à ce qu'il y ait un point d'eau à proximité du rucher.

apis5

Pour l'instant, l'Esat ne produit que du miel "toutes fleurs" (il n'y a donc pas de "transhumance" en fonction des floraisons de différentes plantes mellifères). Le moment venu (généralement en fin d'été), les hausses sont récupérées. Les rayons sont désoperculés, puis les cadres sont disposés dans une centrifugeuse afin d'extraire le miel.

« Au début on ne tourne pas trop vite et après de plus en plus vite, faut être costaud ! », commente un membre de l'équipe. « Ce qu'on ne peut pas extraire, on le redonne aux abeilles » précise un autre ouvrier. 

Le miel est filtré et mis à décanter une semaine. Vient ensuite le conditionnement en pots de 250 g, sur lesquels sont collées des étiquettes que les apiculteurs ont eux-mêmes conçues.

apis6

 

* L'équipe, dont la mission principale est l'entretien d'espaces verts, est constituée de 11 ouvriers (Jérôme Charbonnier, Denis Gibard, Nicolas Merigot, Emmanuel Mikus, David Moreau, Hervé Degaine, Bernard Duthil, Didier Ripon, Michel Robidas, Michel Vaubourdolle, Romaric Dechaux) encadrés de 2 moniteurs (Florian Defemme et Raphaël Ferruzza).

Visiter le site de l'Esat ► http://esat-apajh23.com/

Voir l'extrait consacré à cette activité dans le film tourné au printemps dernier ►Vidéo (time code → 9:18)

 Anne Auger, chargée de communication.